Faculté de théologie protestante

The Protestant Theology research team will hold a meeting on “Use and Abuse of Scripture,” Thursday, May 31, 2012 from 10 AM to 4 PM at the Strasbourg University Palace. I will give a lecture on “Use and Abuse of Scripture as Criterion for Proto-Canonicity at the Turn of our Era.”

The question is as follows: since no list of canonical (or biblical) books from the turn of our era has been found, can we detect evidence for the “canonicity” (or authority) of a given book? This question bears on the Hebrew Bible and the Old Testament (“What contents?”), ancient Judaism (“What currents?”), and the New Testament (“What Bible did Jesus and the apostles read?”).

4 thoughts on “Use and Abuse of Scripture

  1. A l’époque de Jésus les Ecritures étaient “la Loi” et “les Prophètes”. La vie tout entière du Juif dépendait de la connaissance de “la Loi” : La Synagogue et l’Ecole n’existaient que pour faciliter son étude.

    Il ne suffisait pas de connaître “la Loi”, il fallait la pratiquer : écoles pour les enfants, synagogues pour les adultes et écoles savantes des Scribes, telles étaient les institutions diverses destinées à assurer l’étude et la pratique de la Loi.

    Aussi curieux que cela puisse paraître, la question du Canon des Ecritures – d’abord hébraïques, juives ensuite – ne se posait même pas au temps de Jésus. De là les divergences de nos sources lorsqu’elles traitent des livres saints. Il est à noter l’importance de la Tradition orale, citée à l’égal de l’Ecriture car la précédant.

    Ce fut après l’An 70, lors de la Grande Catastrophe, que les écoles pharisiennes se préoccupèrent sérieusement (dans l’urgence) de la fixation définitive du Canon des Ecritures juives.

  2. Effectivement, je viens de découvrir que vous aviez déjà répondu à la question sur Facebook.
    Merci beaucoup
    J’attends donc cela avec intérêt 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *