Michael Langlois, Le premier manuscrit du Livre d’Hénoch. Étude épigraphique et philologique des fragments araméens de 4Q201 à Qumrân, Paris, Éditions du Cerf, 2008. 605 p.

Longtemps méconnu et trop souvent négligé, le Livre d’Hénoch est pourtant un trésor pour tous ceux qui étudient le judaïsme et le christianisme anciens. Véritable chef-d’œuvre de la littérature apocalyptique, il ouvre au lecteur une fenêtre sur tout un courant juif florissant à l’époque du second temple. La découverte de fragments araméens du Livre d’Hénoch dans une grotte de Qumrân est donc d’une importance capitale pour les études hénochiques. Ce sont ces fragments qui feront l’objet de notre étude.

Avant de nous intéresser aux manuscrits eux-mêmes, nous tenterons de comprendre comment le personnage biblique d’Hénoch a pu être rattaché à une telle littérature ; nous étudierons donc le passage de la Genèse le concernant, puis son interprétation dans différents milieux juifs — sans oublier les écrits néotestamentaires. Nous présenterons ensuite la littérature dite « hénochique », les ouvrages qui s’y rattachent et leur contenu.

Nous pourrons alors nous tourner en direction de la mer Morte vers les manuscrits du Livre d’Hénoch qui y furent découverts il y a plus de cinquante ans. Nous expliquerons en quoi cette trouvaille historique a stimulé — pour ne pas dire révolutionné — les recherches hénochiques. Nous ferons le point sur les études publiées depuis la première édition de ces fragments ; l’état actuel des recherches nous montrera qu’un réexamen des fragments est aujourd’hui nécessaire.

Après avoir dressé un inventaire complet des manuscrits du Livre d’Hénoch à Qumrân, nous établirons une méthodologie visant à en faire une analyse détaillée : étude paléographique, identification, analyse lexicographique et syntaxique, comparaison avec les versions, restitutions, et traduction.

Nous mettrons alors cette méthodologie en pratique en nous intéressant au premier manuscrit araméen du Livre d’Hénoch à Qumrân, 4Q201, dont nous étudierons tous les fragments individuellement.

Une fois l’ensemble des fragments analysé, nous pourrons proposer une synthèse de cette étude philologique, dont les conclusions serviront de base à de futures recherches sur le Livre d’Hénoch, ses différentes versions, son rôle à Qumrân, et sa place dans le judaïsme et le christianisme anciens.

Mise à jour :
Liste de compte-rendus :

Merci aux auteurs pour leurs compte-rendus !

5 commentaires sur “Le premier manuscrit du Livre d’Hénoch. Étude épigraphique et philologique des fragments araméens de 4Q201 à Qumrân

    1. No, the book is in French, and I have no immediate plan of producing an English edition… But thank you for your interest! Hopefully additional research will be done on the Book of Enoch in the future, especially in terms of epigraphy and philology.

  1. Bonjour / Bonsoir,
    Dans l’état actuel de choses, à moins de supporter les version électronique (ce qui n’est pas mon cas), il est impossible de trouver le livre d’Hénoch « Éthiopien » neuf en français.
    Votre livre contient-il une traduction complète d’une des versions complètes (outre la traduction du manuscrit fragmentaire de Qumrân donc) afin d’utiliser votre livre pour simplement lire le livre d’Hénoch « Éthiopien » (voire en suite approfondir avec votre thèse dans un deuxième temps)?
    Bien à vous.

    1. Il y a une traduction de la version éthiopienne (seule version complète) dans les Écrits intertestamentaires chez Gallimard. Et j’ai publié une édition bilingue de tous les manuscrits araméens dans le volume 1 de la Bibliothèque de Qumrân.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *