La Bible parle à plusieurs reprises de la « dîme », c'est-à-dire du « dixième » des revenus (notamment agricoles) versés aux prêtres. Le personnage d'Abraham fait figure de modèle, puisqu'il verse « la dîme de tout » au prêtre-roi Melkisédeq (Genèse 14, 20). Cette dîme était une sorte d'impôt sur le revenu permettant le fonctionnement du culte. 
Jésus et ses disciples étant juifs, ils pratiquaient naturellement les préceptes de la Bible et du judaïsme. Le Nouveau Testament rappelle d'ailleurs l'exemple laissé par le patriarche Abraham (Hébreux 7, 2-8). C'est pourquoi certains chrétiens continuent de verser la dîme (c'est-à-dire le dixième) de leurs revenus afin de pourvoir aux besoins du culte.
D'autres chrétiens, en revanche, estiment qu'il n'est plus nécessaire de respecter cette règle, tout comme il n'est plus nécessaire, selon eux, de respecter les règles alimentaires ou les jours chômés — des polémiques qui existaient déjà au premier siècle de notre ère, ainsi qu'on peut le lire dans l'épître aux Romains (chapitres 14 et 15). L'apôtre Paul n'aborde pas ici la question de la dîme, mais ailleurs il invite les chrétiens à donner avec largesse et avec joie (2 Corinthiens 9).
Ainsi, si un croyant décide, ou non, de donner exactement 10 % de ses revenus, ce choix ne doit pas être motivé par la contrainte ou par la peur, mais par la foi et la joie.  

On Sat, Feb 13, 2021 at 11:53 AM 

Bonjour monsieur Langlois,

J'ai beaucoup aimé vos vidéos sur l'ancien testament.

J'aimerais vous poser une question:

On dit que la dîme était l'affaire de l'ancien testament, cela

relevait de l'ordonnance juive.

Mais certaines églises enseignent la dime comme obligatoire ou encore

toujours d'actualité maintenant. Sur quels écrits, peut on s'appuyer

(dans leur contexte) par rapport à cela?

Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *