Le mot hébreu baal désigne le “propriétaire”, celui qui possède. Il peut s'agir de terrains, d'esclaves, ou même d'une épouse, car dans l'Antiquité l'épouse pouvait être considérée comme faisant partie des biens de l'époux. C'est pourquoi on le traduit parfois “maître” — non pas au sens de lui qui transmet le savoir (comme un maître d'école) mais au sens de celui qui domine.
Ce titre est également attribué à un dieu, et il devient même son nom : “Baal”. Dans le panthéon nord-ouest sémitique ancien, Baal est un dieu jeune, guerrier. Il est représenté avec la foudre à la main. Celle-ci peut tuer, mais l'orage est aussi synonyme de pluie et donc de fertilité. Le dieu Baal était donc redouté, sachant qu'il pouvait aussi bien envoyer la bénédiction que la malédiction.
Vous trouverez au Louvre de belles représentations du dieu Baal :

C'est dans ce contexte historique, linguistique, culturel et religieux qu'il faut interpréter les passages de la Bible qui évoquent ce dieu.

Je vous souhaite beaucoup de plaisir à étudier la Bible !

On Thu, Jan 7, 2021 at 6:35 PM 

je traduis en ce moment avec des amies Osée 2,

4-25. Il y est beaucoup question de « Baal », un dieu païen, et nous

l'avions rencontré aussi dans juges avec la traduction de

« propriétaires » de Sichem. Cela veut aussi dire « mari ».

Pourriez vous nous dire la place de ce dieu Baal dans l'époque de

Osée?

Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *