Un passage de la Bible évoque en effet une période de « trois jours et trois nuits » durant laquelle Jésus resterait au cœur de la terre (Matthieu 12, 40). Pourtant, les évangiles qui relatent ces événements indiquent que Jésus serait mort la veille du sabbat de la Pâque, c'est-à-dire le vendredi, et qu'il serait ressuscité le premier jour de la semaine, c'est-à-dire le dimanche de Pâques. Ce qui ne fait que 2 nuits et non 3. On a parfois cherché à résoudre cette contradiction en disant que Jésus était ressuscité le lundi de Pâques. Ou qu'il était en fait mort le jeudi, à cause d'un calendrier différent (double sabbat, ou calendrier essénien). Ces théories ne résolvent pas vraiment la contradiction, puisque d'autres passages parlent de la résurrection « au troisième jour » (Matthieu 16, 21 etc.), le premier jour étant le jour de sa mort. On déplace donc le problème sans le résoudre.
Une autre explication consiste à imaginer que l'expression « trois jours et trois nuits » ait été considérée comme un idiome, un peu comme lorsque l'on parle du soleil qui se « lève » et se « couche » : il s'agit là d'une simple façon de s'exprimer, d'une expression figée qui n'est pas à prendre au pied de la lettre.

Mais un troisième passage est intéressant : en Matthieu 27, 63, il est question que Jésus ressuscite « après trois jours ». Cette expression est ambigüe, et l'on imagine aisément qu'elle ait tantôt été interprétée comme désignant le troisième jour, et tantôt le quatrième. D'où un possible glissement : « au troisième jour » devient « après trois jours », qui devient « trois jours et trois nuits ». Ou l'inverse, bien sûr, si l'on pense que Jésus aurait célébré la Pâque un mercredi et serait mort un jeudi.
Quoi qu'il en soit, ce genre de contradictions est fréquent dans la Bible, notamment lorsque la dimension symbolique est plus importante que la précision chronologique. Or, c'est le cas ici : la mention de « trois jours et trois nuits » en Matthieu 12, 40 se présente comme parallèle à l'histoire du prophète Jonas, lequel reste dans le ventre d'un poisson pendant trois jours et trois nuits (Jonas 2, 1). Peu importe, donc, l'exactitude de cette période de temps : l'essentiel est d'y voir le « signe » du prophète Jonas, comme le dit Matthieu 12, 39.
Sur la précision de la chronologie biblique, voir aussi ma réponse à cette autre question.
On Tue, Mar 30, 2021 at 3:02 PM 

Bonsoir,

si Jésus a été crucifié le vendredi et qu'il est ressuscité le

dimanche

le compte n'y est pas.

Certains ont avancé l'hypothèse

d'un double sabbat pratiqué par

les juifs pour mettre à jour le calendrier lunaire

Avez vous une explication ? MERCI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *